Plus les observateurs observent la vie de Mr Hollande, plus il ressemble

à Mr Normal. Est-ce que tous les Français ont besoin d'un Mr Normal ?

Qu’est-ce qu’un Monsieur Normal ?

Un Monsieur Normal serait-il celui qui s’inscrit dans la norme ? La norme est communément comprise comme le reflet de la majorité.

En l’occurrence, Monsieur Normal serait notre propre reflet observé dans un miroir. Quoique. Cette formulation n’est pas tout à fait exacte.

En effet, la norme reflète une synthèse de ce que nous serions collectivement, une sorte de chimère censée représenter une idée de ce que nous serions,

si nous pouvions additionner nos images respectives pour en sortir une représentation moyenne convenant à tous. Le principe serait séduisant,

car nous pourrions chacun y reconnaître une part de nous même, mais nous y remarquerions également tout ce que nous ne sommes pas.

En fait, cette image de la norme reflèterait à la fois ce que nous sommes et ce que nous ne sommes pas, générant d’autant plus de frustrations que les manques constatés seraient censés nous manquer puisque constituant la norme.

Monsieur Normal serait donc une hallucination nous reflétant dans ce que nous avons de meilleur, mais également un miroir nous indiquant

tout ce qui nous manque. Il deviendrait ainsi à la fois le reflet rassurant de notre normalité et le réceptacle de nos frustrations. Rude emploi en perspective.

Maintenant, refléter la norme n’est sûrement pas une fin en soi pour chacun d’entre nous. Le problème est le suivant :ce qui n’est pas dans la norme est par définition anormal. Faut-il revendiquer l’anormalité ? Ne peut-on penser que chacun de nous est par nature anormal ?

Cela devient déconcertant, car la norme serait la somme des anormalités. Etre normal deviendrait donc anormal.

Pauvre M. Hollande, si soucieux de devenir M. Normal, le voici le symbole de l’anormalité.

Mais comme chacun par nature est anormal, il est normal d’envisager sous cet angle son anormalité.

Mais j’ouvre ici un autre débat, car si je commence à penser qu’il serait normal de...